(Cliquez sur le lien pour accéder à la rubrique souhaitée)

 

Votre séjour

    I. Formalités d'admission   

    II. Déroulement du séjour

 

L'unité des très jeunes enfants : "Les lutins"

 

Vos droits

    I. La charte de l'enfant hospitalisé

    II. CRUQ (Commission des Relations avec les Usagers et de la Qualité et de la Prise en Charge)

    III. Accès au dossier médical

 

Qualité

    I. Introduction

    II. Clin

    III. Clud


 

 

 

Votre séjour

 

I. Formalités d'admission

 

Les pré-visites :

 

Dès que vous prévoyez l'entrée de votre enfant au centre de rééducation, prenez contact avec le service des admissions.
La secrétaire vous expliquera toutes les démarches à réaliser et pourra vous proposer de visiter l'établissement.

Le jour de l'arrivée :

 Vous devez vous présenter à l'accueil, ensuite vous serez orienté vers le service des admissions. Vous devrez être muni des pièces suivantes :

- pièces d'identité

- livret de famille

- carte vitale et attestation CPAM et d'affiliation à une mutuelle

- carnet de santé

- certificat de non contagion

- 4 photos d'identité


S'il y a lieu :

 

- carte d'invalidité

- notification de décision de l'Allocation d'Education Spéciale en cours de validité

 

 (Retour en haut de page)

 

II. Le déroulement du séjour

 

L'ensemble du personnel du Centre de Rééducation Fonctionnelle Ellen POIDATZ a le souci constant de la qualité du séjour, afin que celui-ci soit le mieux adapté aux besoins des enfants et adolescents.

 

Les objets de valeur :

 

Evitez de confier à vos enfants des objets de valeur.
S'ils y tiennent absolument, il leur est demandé de conserver sur eux argent de poche, portable ou jeux électronique.
En cas de nécessité absolue, un coffre est à votre disposition à l'accueil.

Organisation des journées : 

 

Les journées dans l'établissement sont organisées afin de permettre aux enfants de recevoir les soins et les traitements dont ils ont besoin, tout en poursuivant leur scolarité. L'emploi du temps se compose de : temps scolaire et temps " ateliers ", temps de rééducation et temps de soins.

En dehors des temps de rééducation et de soins, la présence à l'étude de 9h à 18h est obligatoire.

 

 

 

Les repas :


                  

 

 

Ils sont servis dans le self-service de la Fondation.

Un choix de plats est proposé pour le déjeuner et le dîner.

 

Les horaires de services sont les suivants :



                             Semaine                   Dimanche et Vacances


Petit déjeuner             8h à 9h                     8h à 10h
Midi                     11h30 à 13h30          11h30 à 13h00
Soir                      18h30 à 19h15          18h30 à 19h15

Un goûter est servi tous les après-midi entre 15h et 16h30.

 

Les services à disposition :


- Téléphone : Une cabine à cartes est à la disposition des enfants au sein de l'établissement. Les téléphones portables sont autorisés sous certaines conditions liées au bien-être de chacun.

- Courrier : Le courrier qui sera adressé au nom de votre enfant lui sera remis, dès son arrivée, par un membre de l'équipe.

- Linge : L'établissement ne se charge pas, sauf à titre exceptionnel, de l'entretien du linge personnel. Toutefois, il est préférable que le linge soit marqué au nom de votre enfant.

- Les sorties dans le village : Sauf contre-indication médicale et sous réserve d'une autorisation parentale signée, les sorties sont autorisées pour les enfants âgés de plus de 14 ans, en dehors des heures scolaires et de soins.

Horaires des visites et réglements :

 

Les  visites sont en fonction de l'emploi du temps de votre enfant.

En semaine, les visites sont autorisées :

    - Pour les jeunes du primaire de 16h30 à 19h30
    - Pour les jeunes du secondaire de 18h00 à 20h00

Les dimanches et jours fériés : L'accès à l'établissement est possible entre 11h00 et 12h30 et de 13h30 à 19h00.


Les possibilités de restauration :

 

Les familles peuvent, à l'occasion des visites qu'elles rendent à leur enfant, prendre leur repas au self de l'établissement. Il est toutefois demandé de prévenir à l'avance du nombre de repas à réserver. L'achat des tickets repas doit être fait avant 12h15 à l'accueil.


Les possibilités d'hébergement :

La séparation d'un enfant et de sa famille pendant les moments déjà difficiles d'un séjour postopératoires peut être traumatisante.

"Un enfant hospitalisé a le droit d'avoir ses parents ou leur substitut auprès de lui jour et nuit, quel que soit son âge ou son état. On encouragera les parents à rester auprès de leur enfant et on offrira pour cela toutes les facilités matérielles." (Charte de l'enfant hospitalisé).


Le CRF Ellen Poidatz met tout en oeuvre pour participer au maintien du contact familial en mettant à disposition, pour toutes les personnes ou familles qui souhaitent accompagner leur enfant pendant quelques jours ou même pendant la totalité du séjour, des studios de 1 ou 2 lits ainsi que des appartements.

Dans un cadre agréable, 4 studios, récemment rénovés avec la participation de l'opération "Pièces Jaunes", permettent à des familles de 1 à 3 personnes de rester proche de l'enfant ou de l'adolescent qu'elles souhaitent accompagner.

 

Différentes possibilités d'hébergement temporaire peuvent être proposées aux  familles :

- Dans un espace de verdure, à très grande proximité des lieux des soins des enfants, les accompagnants peuvent profiter de ces logements et prendre leurs repas au self de la Fondation. Pour ceux qui souhaitent plus de confort notamment avec la possibilité de préparer leur repas sur place, des maisons dites "mère-enfant" ont été aménagées dans des bâtiments anciens et entièrement rénovés, dans l'enceinte de la Fondation Ellen Poidatz.

Tous les logements sont équipés de téléviseurs.

Les chambres sont confortables et spacieuses, très calmes et indépendantes du reste de la Fondation.

Chaque appartement ou studio a été conçu pour offrir le maximum de confort pour des coûts les plus réduits possibles.

Cuisine et coin repas, dans la clarté et le calme offrent une grande autonomie. L'approvisionnement peut se faire chez les commerçants du village de Saint Fargeau.

                 

- Liste des hôtels, gîtes et restaurants des environs ( à votre disposition à l'accueil ). Nous vous encourageons par ailleurs à consulter les site de la ville pour plus d'informations sur les possibilités d'hébergements à Saint-Fargeau-Ponthierry.

 

- Les personnes qui résident à la Fondation peuvent bénéficier du self pour les repas.

 

 

Tarifs hébergements et repas :

 

 

Nous vous rappelons que, lors des visites, il est interdit d'apporter des denrées  alimentaires périssables, des boissons alcoolisées ou des médicaments.

 

 

Les distractions :

 

                 

Un programme d'activités est proposé :

    - La bibliothèque scolaire
    - L'atelier journal
    - L'atelier multimédia
    - L'atelier peinture
    - La radio des jeunes Handi-FM 107.3
    - Les repas à thème
    - La piscine

 

 

Le règlement de vie :


Tous les personnels de l'établissement s'associent pour que la prise en charge de chacun soit réalisée dans d'excellentes conditions et le plus efficacement possible.

Chaque catégorie de personnel remplit sa mission spécifique dans le souci constant de coopérer avec les autres équipes, pour l'épanouissement individuel de chacun des enfants ou adolescents.

 

Néanmoins, la qualité du séjour dépend de chacun :

 

Il appartient à chaque enfant, adolescent et jeune de respecter les termes du réglement de vie de son groupe et notamment de témoigner à toutes les catégories de personnel le respect et la considération qu'ils sont en droit d'attendre.
Il est demandé à chaque enfant, adolescent et jeune de veiller au matériel mis à sa disposition.
La réparation liée à une détérioration intentionnelle serait à la charge de son auteur.
Il est strictement interdit de fumer dans les établissements de la Fondation.
L'introduction et la consommation de drogues sont des motifs d'éviction immédiate de l'établissement.

  

 (Retour en haut de page)

 

L'unité des très jeunes enfants : "Les Lutins"

 

Dans  un cadre  protégé,  l'unité  des "Lutins" accueille  les  enfants de 18 mois à 6 ans.



L'équipe qui les entoure dans le lieu de vie prend en charge tous les besoins quotidiens, qu'ils soient d'ordre médical, éducatif ou ludique. Elle assure également les accompagnements à l'école, aux différentes rééducations et participe en équipe pluridisciplinaire à différents ateliers.

Les contacts et les rencontres avec les familles sont encouragés au maximum pendant toute la durée du séjour afin de permettre une meilleure collaboration et un suivi dans le travail en particulier en ce qui concerne l'apprentissage de l'autonomie.
Le cahier de transmissions et le téléphone permettent de maintenir ce contact chaque fois que cela est nécessaire.

Des sorties, des séances de piscine sont proposées certains mercredis et lors des vacances scolaires.

Les visites : tous les jours à partir de 13h30 et jusqu'à 18h30 (en dehors des temps scolaires et de rééducation).
Nous demandons à chaque visiteur de respecter la vie de l'unité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Retour en haut de page)

 

Vos Droits

 

I. La charte de l'enfant hospitalisé

 

Le droit aux meilleurs soins possibles est un droit fondamental, particulièrement pour les enfants.

L'admission à l'hôpital d'un enfant ne doit être réalisée que si les soins nécessités par sa maladie ne peuvent être prodigués à la maison, en consultation externe ou en hôpital de jour.


Un enfant hospitalisé a le droit d'avoir ses parents ou leur substitut auprès de lui jour et nuit, quel que soit son âge ou son état.
On encouragera les parents à rester auprès de leur enfant et on leur offrira pour cela toutes les facilités matérielles, sans que cela n'entraîne un supplément financier ou une perte de salaire. On informera les parents sur les règles de vie et les modes de faire, propres au service, afin qu'ils participent activement aux soins de leur enfant.


Les enfants et leurs parents ont le droit de recevoir une information sur la maladie et les soins, adaptée à leur âge et leur compréhension, afin de participer aux décisions les concernant.


On évitera tout examen ou traitement qui n'est pas indispensable. On essaiera de réduire au minimum les agressions physiques ou émotionnelles et la douleur.


Les enfants ne doivent pas être admis dans des services adultes. Ils doivent être réunis par groupes d'âge pour bénéficier de jeux, loisirs, activités éducatives adaptés à leur âge, en toute sécurité. Leurs visiteurs doivent être acceptés sans limite d'âge.
L'hôpital doit fournir aux enfants un environnement correspondant à leurs besoins physiques, affectifs et éducatifs, tant sur le plan de l'équipement que du personnel et de la sécurité.


L'équipe soignante doit être formée à répondre aux besoins psychologiques et émotionnels des enfants et de leur famille.


L'équipe soignante doit être organisée de façon à assurer une continuité dans les soins donnés à chaque enfant.


L'intimité de chaque enfant doit être respectée. Il doit être traité avec tact et compréhension en toute circonstance.

 (Retour en haut de page)

 

 

II. CRUQ (Commission des Relations avec les Usagers et de la Qualité et de la Prise en Charge)

Si vous rencontrez des difficultés durant votre séjour, vos interlocuteurs privilégiés sont votre médecin réfèrent et le cadre chef de service du CRF ou du service de rééducation.


En cas de différend majeur, vous pouvez adresser un courrier à Monsieur le Directeur Général de la Fondation Ellen Poidatz, une réponse vous sera donnée dans les meilleurs délais.


Si vous le souhaitez, vous pouvez également saisir la Commission des Relations avec les Usagers et de la Qualité de prise en charge (CRUQ) soit par courrier ou  bien par téléphone au 01 60 65 82 51. Une permanence de cette commission vous est ouverte tous les mercredis de 13h30 à 14h30.


La Commission des Relations avec les Usagers et de la Qualité de la Prise en Charge a été créée par la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des patients et remplace la Commission de Conciliation.


Elle veille au respect des droits des usagers.
Elle facilite vos démarches et vous informe des voies de conciliation et de recours si vous avez un grief à formuler.


La commission contribue à l’amélioration de la politique d’accueil et de la prise en charge des patients et de leurs proches. Pour ce faire, elle réalise un état des lieux basé sur les informations que lui remet le directeur général, en particulier le registre des plaintes, les synthèses des questionnaires de satisfaction.
Elle est à même de proposer des mesures correctives ou d’amélioration.

La commission est composée de 5 membres :


-    le président (représentant légal de l’établissement)
-    le médecin médiateur
-    le médiateur non médecin
-    deux représentants des usagers

Le responsable qualité et sécurité du Centre de Rééducation Fonctionnelle Ellen Poidatz assiste aux séances avec voix consultative.

Chaque membre est astreint au secret professionnel (articles 226-13 et 226-14 du code pénal).

 

III. Accès au dossier médical

 

La loi du 4 mars 2002 autorise l’accès direct par le patient ou par le biais d’un médecin désigné par lui, à son dossier médical :

- par consultation sur place avec possibilité de remise de documents

- par courrier sur demande écrite au Directeur Général  ( les frais de reproduction et d’envoi sont à la charge du demandeur )



 Un accompagnement à la lecture des documents médicaux pourra être envisagé.

Aucun renseignement ne pourra être donné par téléphone ( respect du secret médical ).

 

 (Retour en haut de page)

 

Qualité  

 

 I. Introduction

 

Comité de pilotage qualité :

 

De manière permanente et continue, ce comité est chargé de la démarche qualité dans les services. Le Responsable Qualité est également chargé de superviser l'ensemble des  actions liées à la sécurité.

Commission hôtelière :

 

Elle évalue, avec la participation des jeunes patients, la qualité de l'ensemble des prestations hôtelières, et plus particulièrement les repas et les locaux.

Certification :

 

Dans le cadre de sa politique qualité, le Centre de Rééducation Fonctionnelle Ellen POIDATZ a été parmi les premiers établissements à satisfaire à la procédure d’accréditation réalisée par l’Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé (ANAES) en novembre 2001.

En octobre 2005 et en janvier 2010, l’établissement a de nouveau été certifié par la Haute Autorité de Santé (HAS).

 

 

Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales (CLIN) :

 

Le CRF Ellen Poidatz garantit une surveillance permanente et un programme de lutte contre les infections nosocomiales grâce à son CLIN, intégré dans un réseau régional, par le médecin président du CLIN et l’infirmière hygiéniste.

Comité de Lutte contre la Douleur (CLUD) :

 

La douleur altère le confort et la qualité de vie ; nos équipes proposent une prise en charge et des conseils concernant la douleur.

 (Retour en haut de page)

 

II. CLIN (Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales)

 

Les risques d’infections nosocomiales :

 

Les infections nosocomiales sont des infections acquises au cours d’un séjour hospitalier.

Elles sont provoquées par des microbes (bactéries, virus ou champignons).

Si les risques de contracter une infection nosocomiale concernent entre 5 et 10% des malades en structure hospitalière, ils sont très largement réduits en centre de rééducation.


Tous les patients ne présentent pas les mêmes risques ; de nombreux facteurs entrent en jeu : fragilité liée à la maladie, lourdeur ou complexité de certains soins etc.

La  vigilance du centre de rééducation :

 

Des mesures de prévention sont mises en œuvre dans chaque unité : désinfection des mains (le facteur de transmission le plus important), respect de protocoles de soins, matériel à usage unique …


De plus, en cas de risque de transmission important, une précaution d’isolement peut être envisagée.

 

 

 

 

 (Retour en haut de page)

 

III. CLUD (Comité de Lutte contre la Douleur)

 

Dans cet établissement, les équipes soignantes s’engagent à prendre en charge votre douleur et à vous donner toutes les informations utiles.

La prise en charge de la douleur a été repérée comme exemplaire par la Haute Autorité de Santé lors de la certification V 2010.

 

La douleur n’est pas une fatalité.

 

Supporter la douleur ne permet pas de mieux lui résister. Les douleurs altèrent le confort et la qualité de vie. Elles diminuent votre énergie et retentissent sur votre vie quotidienne.

 

On peut la prévenir.

 

La prise en charge de la douleur doit être une préoccupation quotidienne des équipes soignantes. Après une intervention chirurgicale, pendant un examen douloureux, avant une situation qui peut entraîner une douleur (transport, séance de rééducation…), vous devez être prévenu qu’une douleur peut survenir.

 

On peut la traiter.

 

Traiter la douleur, cela peut prendre du temps. C’est contribuer à retrouver le bien-être, l’appétit, le sommeil, l’autonomie et se retrouver avec les autres.

 

Avoir mal, ce n’est pas normal.

 

La douleur n’existe pas sans raison, ne la laissez pas s’installer. N’hésitez pas à en parler, votre médecin en cherchera les causes. Il n’y a pas une mais des douleurs qui se distinguent par leur origine, leur durée, leur intensité… La souffrance morale augmente les douleurs. Parlez-en à l’équipe soignante. Tout le monde ne réagit pas de la même façon à la douleur.

Alors, parlons-en ensemble !

 

Traiter votre douleur c’est possible si vous en parlez. Aidez l’équipe soignante qui vous prend en charge à traiter votre douleur. Nous ne pouvons rien faire sans votre concours. Pour un enfant ou un membre de votre famille, l’entourage peut aider à la prise en charge de la douleur.

Nous mettrons en œuvre tous les moyens à notre disposition pour la soulager, même si nous ne pouvons pas garantir l’absence totale de douleur.

 

Traiter la douleur c’est possible.

 

Les médicaments :

Les antalgiques sont des médicaments qui soulagent. Il existe plusieurs types d’antalgiques (paracétamol, aspirine…). La morphine et ses dérivés sont les plus puissants d’entre eux. Un traitement par la morphine pourra toujours être interrompu si la cause de vos douleurs disparaît et vous ne courez aucun risque de devenir dépendant vis-à-vis de la morphine.


D’autres médicaments (anti-migraineux, anti-inflammatoires…) peuvent aussi vous aider. Certains médicaments ont été conçus pour traiter les dépressions ou les épilepsies. Ils se sont révélés par la suite capables de soulager certaines douleurs, mais leur nom est resté. Ne soyez pas étonné si un « anti-dépresseur » ou un « anti-épileptique (également appelé « anti-convulsivant) vous était prescrit. Dans votre cas, ce sont les actions antalgiques de ce médicament qui sont utilisées.


Les médicaments sont proposés en fonction de la nature et de l’intensité des douleurs. Ils les soulagent, même s’ils ne les suppriment pas toujours totalement. Votre médecin vous prescrira un traitement adapté. Celui-ci sera ajusté en fonction de l’évaluation régulière de vos douleurs.

Les autres moyens :

D’autres moyens peuvent être employés pour réduire les douleurs, améliorer votre confort et votre bien-être : la relaxation, le calme, le repos, les massages, des applications de poche de glace ou d’eau chaude, la stimulation électrique… Comme les médicaments, ils seront adaptés à votre cas.

 

Etre soulagé c’est possible, mais comment faire ?

 

Votre participation est essentielle.

Tout le monde ne réagit pas de la même façon à la douleur. Vous seul pouvez décrire votre douleur : personne ne peut et ne doit se mettre à votre place. Plus vous donnerez d’informations sur votre douleur et mieux nous vous aiderons. Ne craignez pas de nous interroger.

 

Evaluez votre douleur

 

Une réglette sera mise à votre disposition : elle vous permettra d’indiquer l’importance de votre douleur. Nous vous montrerons comment vous en servir dès votre arrivée.


D’autres outils d’évaluation peuvent être utilisés. L’évaluation de votre douleur doit être systématique et régulière, au même titre que la prise de tension artérielle, du pouls ou de la température.

 



L’équipe soignante est là pour vous écouter et vous aider.


Si vous avez mal, prévenez l’équipe soignante. N’hésitez pas à exprimer votre douleur. En l’évoquant, vous aidez les médecins à mieux vous soulager. Ils évalueront votre douleur et vous proposeront les moyens les plus adaptés à votre cas.

 

(Retour en haut de page)