Actualités

Le chantier solidaire

Fondation Ellen Poidatz - 22/08/2017

Le chantier solidaire de quarante manageurs d'Heineken

 

 

Certains n'avaient jamais utilisé d'outils de bricolage de leur vie auparavant. Dimanche, quarante salariés du groupe Heineken venus de 19 pays différents ont bénévolement construit en bois deux abris de jardin avec pergola, des bacs à fleurs et un jeu de quilles pour la Fondation Ellen poidatz qui accueille à Saint-Fargeau-Ponthierry 140 enfants et jeunes adultes souffrant de déficiences moteurs, cérébrales, sensorielles …

 

« C’est la première fois que la Fondation accueille un chantier solidaire de cette envergure. Et tout est financé par Heineken », sourit Michel Watier, le directeur général. « Ces abris créeront un espace dans le jardin où les familles voient leurs enfants. Les bénévoles ont aussi construit des tables et des bancs adaptés aux fauteuils handicapés », ajoute Chantal Jean-Louis, chargée de mission à la Fondation.

 

« Les salariés ont des manageurs, des directeurs d’Heineken. Ils viennent du Nigeria, de Chine, du Mexique, d’Egypte, des Etats-Unis, du Royaume-Uni… explique Ryan Eagar, responsable des formations et du développement chez Heineken. Ils sont actuellement en formation pour deux semaines à l’Insead (NDLR : Institut européen d’administration des affaires), à Fontainebleau. A cette occasion, on a voulu leur enseigner le travail en équipe, comment collaborer, savoir utiliser les compétences. Nous voulions les sortir de la théorie du séminaire et leur faire réaliser quelque chose de concret. »

 

Sur place, familles et jeunes handicapés regardent ces manageurs-ouvriers poncer, découper,, enfoncer et clouer des planches. « On leur a fait suivre une petite formation avant pour qu’ils apprennent les techniques », précise Ryan Egar. Rodolphe, papa du petit Brandon, l’un des jeunes de la Fondation Ellen Poidatz, se réjouit de ce chantier. « Grâce aux bâtiments en bois qu’ils nous ont construits, on pourra profiter du jardin lorsqu’on viendra rendre visite à nos enfants. C’est mieuque de rester à l’intérieur, surtout lorsqu’il fait beau. Et ça nous permettra d’être dans un cadre familial convivial. »

 

Marine Legrand

Article du 24 Avril 2012 paru dans Le Parisien.